Socialisme et Démocratie

Socialisme et Démocratie

Le but d'une politique de gauche doit être l’évolution vers une économie socialiste. La crise écologique arrive à grands pas, il faut mettre en œuvre un service après vente du capitalisme. Faisons vivre le socialisme à visage humain et l'écosocialisme !

Le but d'une politique de gauche doit être l’évolution vers une économie socialiste. La crise écologique arrive à grands pas, il est urgent de mettre en œuvre un service après vente du capitalisme, pour limiter les catastrophes. Que sera ce socialisme ? Il ne faut pas reproduire les memes erreurs que dans le passé. Il faut que le socialisme respecte tous les droits humains et démocratiques. Une idée intéressante serait de créer une économie fondée sur l'autogestion ou democratie économique c'est à dire ou coopératives joueraient le role principale. Une telle idée à de nombreuses vertues. D'une part c'est une sorte d'économie de marché et elle évite les problèmes de l'économie planifiée. Ensuite elle responsabilise les travailleurs et leur offre le choix de leur environnement économique. C'est aussi une économie qui nivelle des inégalités sociales, par le haut. Socialisme et Démocratie doivent fonctionner ensemble.

Le capitalisme est un problème, c'est un système économique fondé sur la violence et les inégalités.

Penser le socialisme, c'est réfléchir aux trois familles de modèles socialistes, penser leur efficacité et chercher une économique plus humaine.

Un atout de la démocratie de débat serait de médiatiser ces débats et de faire intervenir des intellectuels, associatifs (comme ATTAC) ou des syndicalistes. Elle permet de libérer la parole étouffée par les grands groupes médiatiques. J'en espère une victoire intellectuelle du socialisme qui aboutirait à sa mise en œuvre.

Je souhaite que tout le monde fasse partie de la classe moyenne. On ne vous parle que très peu du revenu moyen. On vous parle du revenu médian, ce qui est très different. Si tout le monde touchait le revenu moyen en France, nous aurions tous environ 2300€/mois net.

Je suis un réformiste au sens de Jean Jaurès. C'est bien de préciser, c'est encore un de ces mots a la con qui change de sens au fil du temps et qui veut dire tout a fait autre chose.



A. Indroduction

« Sans la République, le Socialisme est impuissant, sans le Socialisme, la République est vide. » Jean Jaurès
Leonard Cohen - Democracy

Le capitalisme porte en lui de nombreux maux. C'est un système rapace, qui soumet les peuples et exploite ses richesses au profit de quelques uns. L'égalité n'est que juridique, elle n'est pas réelle et les disparités de revenus et de patrimoine sont extrèmement fortes, tant au niveau des nation qu'au niveau international. Dans certaines régions elle a comme corrolaire la pauvrété, et même la famine. C'est un systme chaotique, qui produit de nombreuses crises et conduit à un desastre écologique. Ce système, par sa vision de court terme, par son égoïsme, par le fait que les quelques uns qui en profient puissent se mettre à l'abrit et ont le pouvoir de freiner les politiques risque de conduire au pire. C'est un système qui dans certains pays est incapable de créer le plein emploi. Et en fin c'est un système de rapport de forces, d'une hierarchie économique qui peut avoir des conséquences politiques anti-démocratique. C'est un sytème qui demande de plus en plus de soumission du salarié à ses employeurs, la soumission des peuples à quelques riches oligarches. C'est un système qui met en œuvre des rapport fondés sur la violence économiques et la loi du plus fort.

Manifestation de Solidarność.

Mettre en cause le capitalisme est une chose, savoir où nous alons est une autre. Il faut construire progressivement une altérnance au capitalisme pour que celui-ci soit plus stable et plus efficace. Il faut savoir conquerir l'adhésion des citoyens et apprendre de nos reussites et erreurs. Il faut débatre de la direction prise, montrer l'objectif que l'on s'assigne. Il faut savoir quel socialisme nous vonlons. C'est un objectif de moyen terme, mis en œuvre progressivement, dépassant le cadre d'un mandat présidentiel ou d'une législature.

Je m'inspirerais beaucoup tout au long de cette page de Tony Andréani, intellectuel français et auteur de « Le socialisme est (a)venir ». Ma page est une vulgarisation de son œuvre. Il a su me convaicre par sa rigueur, son sens critique et la pertiance de ces idées.

Tous ensemble !

Le socialisme a pour objectif une dimention sociale et une distibution égalitaire des revenus. Il existe trois grandes familles de modèles économiques socialistes, avec des variantes et qui peuvent s'entre couper. Le premier est le modèle de planification totale, qui constiste en un plan directeur centralisé, c'est le seul qui a été désastreux. Toute l'économie était planifié dans les moindres détails dans un laps de temps, cinq ans pour l'URSS. Ces plans était contraignant. Il a existé dans presque tout les pays du bloc de l'est et a completement échoué. Mais c'est le seul qui a échoué. Nous pouvons malgres tout rentenir un plan incitatif souple, pour notament aborder les problèmes écologiques. La deuxième famille de modèle est celui du socialisme de marché. Il s'agit d'une économie fondée sur des entreprises d'Etat largement autonomes et l'Etat se charge de redistribuer les revenus. Suite aux reformes, c'est le modèle qui existe actuellement en Chine continentale et au Vietnam. Il n'empêche pas ces pays de créer un boom économique. Mais cette famille de modèles n'est-elle pas une forme de capialisme d'Etat avec une redistribution égalitaire des revenus ? Certains maux du capitalisme sont quant même gardés. La dernière famille de modèles est celle de la démocratie d'entreprise. Il s'agit de salariés qui se prennent en charge et qui élisent leur dirigents. Il s'agit d'un modèle proche du socialisme associatif ou d'autogestion. Toutefois je ne suis pas d'accord avec la disparition de toute hiérarchie. Elle doit être élue et exister même si des formes de démocratie direct peuvent exister en entreprise et en politique. La disparition de l'Etat est utopique et donc irréalisable, il doit être démocratique. Le socialisme associatif a eu quelques réalisation ponctuelles en Espagne (pendant la guerre civile) et en Amerique du Sud. Il a surtout existé sur le long terme en Yougoslavie entre les années 50 et 70. Ce pays a reussi à monter à la deuxième place en terme de taux de croissance derrière le Japon. Nous constatons que le Japon avait une politique d'exportations massives. C'est donc un succès même si Tony Andréani montre qu'il peut être amélioré. Je retiendrais en grande partie cette dernière famille de modèles. Il montera que si les trois modèles l'acces aux investissements et aux capitaux (n'oublions pas les graves crises financières que nous avons actuellement) serait un point faible par rapport au capitalisme, ils peuvent avoir des qualités qui dépasseraient le capitalisme sur le plan économique.

Le socialisme et le démocratie se complettent. Vis à vis de ceux qui ont une vision autoritaire du socialisme, il faut que nous sachions argumenter. Et il faut que nous sachions leur montrer que cela fonctionne et que c'est mieux ainsi.

Janis Joplin - Mercedez Benz


Creedence Clearwater Revival - Fortunate Son


Radio Campus Lille : Vive la France de Sarko !


Le printemps 1968 : Deux peuples pour la liberté. Mai 68 - Printemps de Prague


Front de gauche - Ma FRANCE - Jean FERRAT.


Jean Ferrat - Dans La Jungle ou Dans Le Zoo


Dominique Grange - Gueule noire


Dominique Grange - A bas l'Etat policier


La police s'affiche aux beaux arts, les beaux arts affichent dans la rue


Mai 68 - Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent. Et vive le MLF !


I. Droits humains : USA vs Cuba

La déclaration des droits humains de l'ONU qui a été adopté à Paris au Palais de Chaillot en 1948, est la référence en terme d'humaniste. Si nous comparons les États-Unis et Cuba nous pouvons constater que la situation n'est pas aussi tranché, qu'elle semble être. Bien sûr tous les droits humains doivent être respectés, mais nous pouvons constater que ces deux pays en respectent certains articles et ignorent d'autres. Les USA respectent plutôt les droits politiques alors que Cuba respecte plutôt les droits sociaux, que les États-Unis occultent et bafouent. Il n'y a pas de raison à cela. Même en termes de droits politiques, les États-Unis ne sont pas aussi idylliques que cela parait. Si les deux pays appliquent la peine de mort, l'age minimum à Cuba est de 20 ans, alors qu'aux États-Unis elle n'est pas précisé, dépend des États et peut permettre d'exécuter des adolescents. De plus et avec la peine de mort comme condition aggravante, la justice US commet des grosses bourdes et peut maintenir en prison des personnes pouvant être innocentes. Le cas des cinq cubains (Antonio Guerrero, Fernando Gonzalez, Gerardo Hernandez, Ramon Labañino et René Gonzalez) est un exemple type où le procès problématique, qualifié d'injuste par Amnesty International, des personnes comme ceux-ci ne peuvent être maintenus en détention. Amnesty International ne reporte aucun cas de torture à Cuba, alors cela a été fait par CIA. Même sur les droits politiques, les USA ne sont pas aussi idyllique qu'il veulent le croire. Politiquement leur attitude vis à vis de Cuba, avec l’embargo est totalement arbitraire, et n'ont aucun problème de soutenir des régimes totalement sanguinaires. Je souhaite que l'Union Européenne répare cette injustice avec une aide économique qui encouragerait les changements démocratiques. Je souhaite rappeler quelques articles sociaux de la déclaration des droits humains et rappeler que tous les droits sont importants :

Article 14
1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.

Article 22
Alexander Dubček - Václav Havel
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23


1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 25
Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veullent.
1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. 2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26
1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. 2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. 3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Article 27
1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. 2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Article 28
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.



lien inutile

lien inutile

Dernière modification le samedi 10 juin 2017 à 20H41