Démocratie de débat – Exemples 1

La démocratie de débat donnera une véritable vitalité démocratique aux pays qui l'adoptent. Elle donne la parole à la société civile. Parmis eux, le rôle des intellectuels est de faire réflechir les citoyens, de les éduquer avec des arguments et des conaissances. De plus ces intellectuels seront élus et représentent la diversité de l'opinion publique. Ce que ne fait pas la trentaine d'experts, tous libéraux, que nous voyons actuellement dans les médias. Il faut créer de vrais débats où les citoyens peuvent se faire une opinion. Cela conduit à rechercher le règne de la raison.

Ensuite un droit d'expression pour les associations permet de créer une démocratie vivante, où les citoyens, par l'intermédiaire de leurs représentants militent pour leurs idéaux.

Et enfin des syndicalistes élus s'exprimeront, ce sera la parole donnée du monde du travail. C'est un contre pouvoir aux riches propriétaires médiatiques. C'est un contre pouvoir aux entreprises. Les plus anti-sociales, anti-écologiques, anti-droits de l'homme, risquent de voir leur image démolie. C'est donner une autre dimension à la lutte sociale.

Nous pouvons imaginer des associations accéder à un large publique, tel que les altermondialistes. Nous avons une responsabilté dans la mondialisation capitaliste dont nous souffrons aussi. Cette réalité est occulté actuellement est un phénomène important du monde dans lequel nous vivons.

Un autre exemple serait les socialistes qui pourraient débattre sur la mise en place d'une économie socialiste et une alternative au capitalisme.

Enfin cette page fini avec un exemple d'association défenseur des droits humains, alliance d'association pour la défence des droits humains tel qu'Amnesty International et la Ligue des droits de l'Homme, avec des associations anti-racistes et de défense des sans papiers.



C. Exemples d’applications

« Quel que soit l’être de chair et de sang qui vient à la vie, s'il a figure d’homme, il porte en lui le droit humain. » Jean Jaurès

a. Les intellectuels


Je pense que chaque électeur pourra voter pour un intellectuel, en fonction de ses idées et de son engagement. Ils peuvent former des clubs pour mettre leurs opinions en évidence.

Ces clubs peuvent être « français d'ici et d'ailleur » par exemple pour créer un trait d'union entre les français issus de l'immigration lointaine et récente. Cela permet de poser les questions de l'intégration, de la discrimination de ceux qui sont français ou non.

D'autres intellectuels peuvent entrer dans des clubs sur des thématiques sociales et environnementales.

Leur rôle est d'approfondir les questions que se posent les citoyens et d'encourager ainsi la reflexion. Leur rôle est de créer des débats et d'assoire « le règne de la raison » comme disaient les philosophes des lumières. Il faut chercher une opinion publique éclairée, réfléchie et cultivée, c'est un principe fondamentalement démocratique.

Il faut que les intellectuels prennent en compte leur public. Il est difficile d'imaginer des débats qui durent des heures, sauf devant un public motivé. Et je suis aussi contre une hierarchie dans la culture. Il faut que les intellectuels sachent intersser et capter l'intérêt de leur public.

Les intellectuels sont-ils « chiants » ? Ne connaissent-ils pas l'art et la manière de la langue française ? La langue française ne devient-elle pas un fin fleuret bien aiguisé, entre leurs mains ? Voltaire et Rousseau étaient-ils « chiants » ? Peut être parlerons nous un peu plus de poésie, de litterature, d'histoire, où d'art. Ce qui ne peut que réjouir le scientifique que je suis.

Nous ne sommes pas obligé de reprendre le même style que les medias actuels, nous n'aurions pas de contrainte publicitaire. Nous avons parfaitement le droit de dire des choses intelligentes et de faire reflechir les citoyens. L'intelligencia française à un rôle important à jouer.



b. Les associations


Toute association peut se présenter aux élécteurs. Des mouvements aussi bien culturels que sociales où politiques sont possibles. Si vous voulez jouer les musique folk existant de par le monde, c'est possible. L'amitié des peuples passe par la musique et la dance. Lutter contre la dictature des marchés c'est aussi possible. Il faut toute fois avoir un certain poids électoral. Ce qui peux nécessiter des regroupements autours de thématiques larges. Il faudra peut-être remettre en cause certaines habitudes.

Ce qui est interdit est relativement évidant. Tout ce qui est insultes, rascistes ou autres, incitation à la violance etc.. Bien sur il faut rester dans le cadre d'une République laïque.


c. les syndicats


Donner la parole aux syndicats, dans les médias, représente un contre pouvoir, permet le débat et créerait un espace militant.

Les entreprises sont très soucieuses de leur image, mais cela ne les empêchent pas de mener des politiques anti-sociales et anti-écologiques. Cette nouvelle parole permettrait de dénoncer ce paradoxe, et de casser l'image des entreprises les plus réactionnaires. Rappeler que tel ou tel entreprise licencie, exploite ces salariés, pollue, peut avoir un impact sur sa clientèle. Comment celle qui abuse dans ce domaine, pourraient-elles la conserver ? Avec de lourdes compagnes de marketing ? Puis faire un point sur ces entreprises les plus réactionnaires, permet de mobiliser les sympathisants, de rendre le boycott crédible, et donc d'avoir un impact. Le client/consommateur n'est plus un sujet atomisé, mais un acteur tenant compte de ses valeurs. Médiatiser l'impact de la consommation, sur le social et l'environnement, évite de se restreindre à une seule valeur matérielle et un coût d'acquisition ! Dénoncer une entreprise très active au MEDEF, montre sa responsabilité dans la politique ultra-libérale. Et donc permet de peser sur elle.

Joueur d'échecs, moi même, je soutiens Phiona Mutesi, une brillante grande maîtresse internationale, ainsi que les tournois d'échecs féminines.

Cette parole aux syndicats, permettrait de créer le débat. Ce ne sont plus les mêmes experts ultras-libéraux qui s'expriment, cela permettrait une vision alternative. Nous manquons de crédibilité, nous sommes victimes d'une absence de débat, ou nos propositions sont balayées, par une « fatwa » d'irresponsables, rabaissées à une simple « grogne ». C'est à nous de montrer que nos projets tiennent la route. C'est à nous de démontrer les vrais enjeux des projets du gouvernement et du MEDEF. Et que nos projets sont en réalité crédibles et économiquement fiables. Parlons aussi du chômage de masse que nous subissons depuis 40 ans, et que réforme, après réforme, les gouvernements n'ont su endiguer. Le capitalisme et le libéralisme, est-il si efficace que ça ? Avec toutes ses inégalités, le quart-monde, et ses promesses jamais tenues !

Puis accéder aux médias, permet un espace militant. Par exemple la CGT pourrait informer sur ces actions, expliquer ses positions, par rapport aux autres syndicats. Cela permet de mobiliser plus facilement, de mettre à disposition du grand public, de l'information syndicale.

Les syndicats gèrent les problèmes quotidiens des français dans leur vie de tous les jours, du droit au logement, au droit à la retraite. « Il remettre la valeur travail à l’honneur » comme le disait cyniquement Nicolas Sarkosy, tout en le méprisant ! Il faut créer de nouveaux contre pouvoirs, dans ce conflit que Marx appelait « lutte des classes ». Et où les grand capital est entrain d'accumuler toutes les richesse et d'aliener le travail par ces réformes liberales.



d. Les altermondialistes

Nous pouvons imaginer des groupe altermondialistes, comme ATTAC, accéder aux medias. Ils auraient la possibilité de diffuser des documentaires sur comment nos multinationales créent du profit et baissent les prix, dont nous profitons. Les français verront en face comment elles utilisent le travail forcé, le travail d’enfants, comment elles exploitent et créent la misère et les guerres, comment leurs syndicats sont opprimés, comment la nature est assassinée, tout ça pour quelques euros de moins sur nos chaussures et un petit plus sur leur indice boursier. Il faut dire la vérité sur la mondialisation. Il faut dire la vérité sur comment des millions d’êtres humains souffrent pour notre bien être. Ils auraient la possibilité d’interpeler les politiques, de leur demander un programme. Evidemment il sera possible de démolir l’image d’un politique qui ne tient pas ses promesses. Il faut dire la vérité sur la manière dont les institutions et traités internationales imposent leurs choix aux gouvernements. Comment la finance internationale représailles les peuples qui n’agissent pas selon son goût. Il faut dire la vérité sur la manière où la mondialisation détriture nos démocraties.

La République française à une responsabilité face au monde. Quant il faut s'émouvoir ou faire la morale, nous sommes là. Mais quant il faut sortir le chéquier, il n'y a plus personne. Je constate que la classe moyenne, qui n'est pas de loin la plus riche, donne le plus. Arrêtons d'être radin, et assumons nos resposabilitées.



e. les socialistes (à ne pas confondre avec le parti socialiste !)

Gorbatchev.

La crise écologique qui malheureusement s’annonce risque de conduire à un service après vente du capitalisme. Il faut anticiper cette transition, débattre du système économique à mettre en place. Il faut surtout un système qui marche, la planification totale ne marche pas. Toutes sortes de modèles socialistes existent, certain n’ont jamais existé. Le modèle yougoslave de socialisme associatif, qui était différant de ce qui existait ailleurs, me semble prometteur. Il est possible de peaufiner les modèles économiques avec des expériences sur le terrain, avant de les mettre en application celui qui semble le mieux marcher. La poste pourrait être utilisée pour expérimenter l’autogestion ? Il serait possible d’inviter Gorbatchev, Gorbi, vient nous parler de « socialisme à visage humain ». Cette idée qu’a tentée Alexander Dubček, et qui a été avorté brutalement par les chars. Il faut progressivement préparer l'avenir et la socialisation de l'économie. Ne serais-ce que pour convaincre les élécteurs. Mais la démocratie de débat pourrait être une étape importante et une victoire des valeurs citoyennes sur nos intitutions.

Créons une classe sociale, la classe moyenne, qui serait unique en France. Ceux qui sont plus bas montent, ceux qui sont au-dessus descendent. Les inégalités pourraient varier de un à cinq, par exemple.


 f. Droits Humain


Les droits humains sont le fondement de la société humaine, c'est la base des relations internationales, avec la déclaration des droits de l'homme [et de la femme] de l'ONU, de 1948. Ce sont des droits fondamentaux, qui empêchent toute dérive vers la tyranie et les guerres. Elles forment le socle sur lequel repose nos démocraties. Puis elle sont la condition nécessaire, mais non suffisante, pour l'accés de tous au bonheur.

La situation en France, la patrie des droits de l'homme [et de la femme], c'est dégradée ces dernières années. Violences policières disproportionnée contre des manifestants, atteinte aux droits des migrants et refugiés et harcellement des personnes qui les aident et problème de racisme. De plus la France harcelle certain des journalistes. Il y a une veritable conscience des droits humains en France, et il faut de nouveaux contres pouvoirs pour la rendre réellement exemplaire.

Ce mouvement pourrait être conduit avec Amnesty Internationa et ses aliées (la LDH, mouvements anti-racistes, et mouvements de défence des migrants). Dénoncer les ventes d'armes à des pays suceptibles de crimes de guerre et le manque de transparence de celles-ci, est un poids, pour mettre fin à ces protiques. C'est aussi un moyen de déconstruire les stéréo types racistes, sexistes, homophobes etc.. Ce serait un espèce militant pour eux.




En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques.
Informations cookies et paramétrage, cliquez ici.


 


lien inutile

Dernière modification le mardi 16 juin 2020 à 09H04