Sozialismus und Demokratie

A compléter.


A. Indroduction

« Sans la République, le Socialisme est impuissant, sans le Socialisme, la République est vide. » Jean Jaurès
Leonard Cohen - Democracy

Le capitalisme porte en lui de nombreux maux. C'est un système rapace, qui soumet les peuples et exploite ses richesses au profit de quelques uns. L'égalité n'est que juridique, elle n'est pas réelle et les disparités de revenus et de patrimoine sont extrèmement fortes, tant au niveau des nation qu'au niveau international. Dans certaines régions elle a comme corrolaire la pauvrété, et même la famine. C'est un systme chaotique, qui produit de nombreuses crises et conduit à un desastre écologique. Ce système, par sa vision de court terme, par son égoïsme, par le fait que les quelques uns qui en profient puissent se mettre à l'abrit et ont le pouvoir de freiner les politiques risque de conduire au pire. C'est un système qui dans certains pays est incapable de créer le plein emploi. Et en fin c'est un système de rapport de forces, d'une hierarchie économique qui peut avoir des conséquences politiques anti-démocratique. C'est un sytème qui demande de plus en plus de soumission du salarié à ses employeurs, la soumission des peuples à quelques riches oligarches. C'est un système qui met en œuvre des rapport fondés sur la violence économiques et la loi du plus fort.

Manifestation de Solidarność.

Mettre en cause le capitalisme est une chose, savoir où nous alons est une autre. Il faut construire progressivement une altérnance au capitalisme pour que celui-ci soit plus stable et plus efficace. Il faut savoir conquerir l'adhésion des citoyens et apprendre de nos reussites et erreurs. Il faut débatre de la direction prise, montrer l'objectif que l'on s'assigne. Il faut savoir quel socialisme nous vonlons. C'est un objectif de moyen terme, mis en œuvre progressivement, dépassant le cadre d'un mandat présidentiel ou d'une législature.

Je m'inspirerais beaucoup tout au long de cette page de Tony Andréani, intellectuel français et auteur de « Le socialisme est (a)venir ». Ma page est une vulgarisation de son œuvre. Il a su me convaicre par sa rigueur, son sens critique et la pertiance de ces idées.

Tous ensemble !

Le socialisme a pour objectif une dimention sociale et une distibution égalitaire des revenus. Il existe trois grandes familles de modèles économiques socialistes, avec des variantes et qui peuvent s'entre couper. Le premier est le modèle de planification totale, qui constiste en un plan directeur centralisé, c'est le seul qui a été désastreux. Toute l'économie était planifié dans les moindres détails dans un laps de temps, cinq ans pour l'URSS. Ces plans était contraignant. Il a existé dans presque tout les pays du bloc de l'est et a completement échoué. Mais c'est le seul qui a échoué. Nous pouvons malgres tout rentenir un plan incitatif souple, pour notament aborder les problèmes écologiques. La deuxième famille de modèle est celui du socialisme de marché. Il s'agit d'une économie fondée sur des entreprises d'Etat largement autonomes et l'Etat se charge de redistribuer les revenus. Suite aux reformes, c'est le modèle qui existe actuellement en Chine continentale et au Vietnam. Il n'empêche pas ces pays de créer un boom économique. Mais cette famille de modèles n'est-elle pas une forme de capialisme d'Etat avec une redistribution égalitaire des revenus ? Certains maux du capitalisme sont quant même gardés. La dernière famille de modèles est celle de la démocratie d'entreprise. Il s'agit de salariés qui se prennent en charge et qui élisent leur dirigents. Il s'agit d'un modèle proche du socialisme associatif ou d'autogestion. Toutefois je ne suis pas d'accord avec la disparition de toute hiérarchie. Elle doit être élue et exister même si des formes de démocratie direct peuvent exister en entreprise et en politique. La disparition de l'Etat est utopique et donc irréalisable, il doit être démocratique. Le socialisme associatif a eu quelques réalisation ponctuelles en Espagne (pendant la guerre civile) et en Amerique du Sud. Il a surtout existé sur le long terme en Yougoslavie entre les années 50 et 70. Ce pays a reussi à monter à la deuxième place en terme de taux de croissance derrière le Japon. Nous constatons que le Japon avait une politique d'exportations massives. C'est donc un succès même si Tony Andréani montre qu'il peut être amélioré. Je retiendrais en grande partie cette dernière famille de modèles. Il montera que si les trois modèles l'acces aux investissements et aux capitaux (n'oublions pas les graves crises financières que nous avons actuellement) serait un point faible par rapport au capitalisme, ils peuvent avoir des qualités qui dépasseraient le capitalisme sur le plan économique.

Le socialisme et le démocratie se complettent. Vis à vis de ceux qui ont une vision autoritaire du socialisme, il faut que nous sachions argumenter. Et il faut que nous sachions leur montrer que cela fonctionne et que c'est mieux ainsi.




Deutsch ist eine Fremdsprache für mich. Entschuldigen Sie mir, wenn ich Fehler mache.





nutzloses Link

Aktualisiert am Tuesday 08 July 2014 um 14:12 Uhr